mardi 18 juin 2013

A la manière de...

Puisque ce veinard de Gilles persévérait dans son test comparatif des infirmières européennes, le moins que l'on puisse faire pour lui était donc de lui conter une sortie dominicale des plus banales (en tout cas bien plus banale que Yvonne et Marie-Claude, les dernières trouvailles de l'hôpital Jacques Cartier de Massy).






Voici donc une scène on ne peut plus classique des pratiques des petits camarades de Gilles (mais plus de Pépito depuis certaines injures à la gent la plus gracieuse de notre club, d'ailleurs il n'a pas osé pointer le bout de son nez).

Ici, on voit Catherine en pleine préparation mentale entre deux essais d'un toit fissuré. Martine lui fait gentiment remarquer que c'est déjà sa troisième tentative et que pour ce passage elle ferait mieux de faire de la musculation, quitte à voir ses bras se développer de manière monstr... euh, esthétique, plutôt que se taper une séance de sophrologie pendant que la queue s'allonge dans le couloir (ne voyez pas malice dans l'expression, d'ailleurs on aperçoit la file d'attente). Nathalie, patiente, ou beaucoup plus aimable, attend gentiment son tour les bras croisés, sans chercher à montrer ses muscles pour impressionner Catherine. Tout ceci laisse le temps à Nico de faire une trentaine d'essais sur le bloc voisin sous la parade de Sandra, BEAUCOUP plus patiente encore que Nathalie.



Au début, Pascale voit bien la bosse à atteindre...

En face, Nico s'évertue à saisir le sommet de son bloc.


Pascale, elle, a atteint une infâme bossette encore assez loin de la mauvaise bosse...

Pendant ce temps, Nico s'approche du but...

Ouf, Pascale effleure la bosse!

De son côté, Nico bataille à mort contre son manque d'allonge. Deux doigts suffiront-ils?

Enfin, voici Pascale installée sur la bosse... A côté, on devine que Nathalie commence à trépigner.


Elle ferait mieux de tenter sa chance en face, car la force herculéenne de Nico n'a pas suffi et ses doigts se sont ouverts, l'entraînant dans une ènième chute inéluctable, ce qui fit beaucoup paniquer Sandra dont il vaut mieux cacher le visage défait.

Finalement, après sa pause yoga, Catherine y retourne devant Martine magnanime.


On voit sur le gros plan qu'elle semble assez déconfite par la qualité de la bosse en question.
Pépito, si tu es déçu des bosses, surtout ne le dis pas!

Inutile d'agrandir pour constater à sa moue que la préhension dans la fissure ne l'inspire guère...

La même crispation du visage semble indiquer qu'un peu plus haut ce n'est pas franchement meilleur!

Et pendant ce temps, Nico parvient enfin à agripper le rebord (ce qui n'a pas l'air de le réjouir pour autant).

Dessous, Sandra commence sérieusement à paniquer!

Bref, tu m'auras compris, Gilles, morosité totale ce jour: un dimanche à Bleau sans toi, c'est comme une Nathalie sans sourire, alors reviens-nous vite, car toutes les infirmières de Kaly, Sardaigne et Cartier réunies ne valent pas nos gracieuses princesses du gratton. Quant au mot malheureux de Pépito, mesdames, soyez généreuses envers un vieillard qui depuis quelques semaines n'a plus toute sa tête (si tant est que ça date de sa terrible chute...) .

Pascal 
(qui vous trouve toutes fines et merveilleuses)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour laisser un commentaire sur les messages sans être connecté au blog, quand le commentaire est rempli à la rubrique " sélectionner le profil ", choisir "nom/URL" et mettre une identité (pseudo, prénom, etc.) à "Nom" et pour l'URL copiez simplement l'adresse du blog : http://grimpeasl91.blogspot.fr
Ensuite apparait le fameux "captcha", certes pénible mais devenu incontournable sur internet et enfin publier le commentaire.
Si problème envoyer un courriel à : asl91escalade.fr
L'administrateur