jeudi 15 juin 2017

Jaune de la Canche aux Merciers... Mise au point sur les i.

     C'est en réalité le projet de refonte du vieux circuit jaune PD car rien n’est encore fait, rien n’est même pas encore décidé. Nous reviendrons sur ce point à la fin de cet article.

     D’abord, disons quelle est la tenue exacte du projet !
     
     Ce que l’on aimerait, c’est remplacer la vieille piste jaune… par deux pistes distinctes de niveaux sensiblement différents, soit : un circuit jaune pour les grimpeurs d’expérience d’un niveau PD sup, et plutôt AD inf pour les six derniers passages ; et un autre de niveau PD Inf pour les grimpeurs débutants mais qui soit également accessible aux préadolescents. Ce qui fait, d’un point de vue comptable, que nous aurions deux nouveaux circuits à la place du vieux circuit usé : soit un circuit supplémentaire pour l’ensemble du site de la Canche aux Merciers. Cela veut dire, que ce projet ne peut aboutir complètement sans une permission de tracer l’un ou l’autre des circuits proposés. Mais ce n’est pas ainsi que nous raisonnons, nous pensons que pour ce type de projet de maintenance, la gestion des circuits purement comptable est une approche « inadaptée ». Pour nous, hors idée de nombre, nous voyons, dans cette opération de remplacer l’ancien circuit jaune, une occasion raisonnable et nécessaire de réaménager l’escalade dite de niveau « modéré » en deux boucles de difficultés distinctes qui ne s’adressent pas aux mêmes publics. Du moins pas au même moment, puisque un débutant élargira son champ « des possibles » en principe.

Du Haut, du beau, c'est tout neuf... dans le projet circuit PD inf.


Article révisé à la suite d'éléments nouveaux et de notre rencontre, cordiale et instructive, avec la nouvelle responsable de l'ONF, qui s'est montrée très soucieuse de travailler en bon terme avec nous (et pas contre nous, comme l'avait laisser entendre...  Mais bon, c'est du passé !).

     D’ailleurs, à propos des circuits jaunes, il circule une idée erronée qui influence trompeusement les avis des observateurs et complique évidemment le débat. En effet, c’est une erreur de considérer à priori que les circuits jaunes sont des circuits d’initiation, ou devant l’être. La majorité des circuits jaunes existants, créés il y a plus de cinquante ans, étaient d’abord des parcours d’entrainement à la « montagne », très en vogue alors. Certes de difficulté modeste, mais beaucoup sont encore trop difficiles et exposés pour les considérer comme d’authentiques circuits destinés à l’initiation. (Je pense faire bientôt un article détaillé sur la réalité des circuits jaunes pour lever les malentendus les concernant).
     Ceci dit, le circuit jaune actuel a l’avantage (ou l’inconvénient) d’être à la fois un long circuit de fond propice à l’entrainement « à la montagne » et d’être assez « facile » dans l’ensemble pour être abordé par des débutants. Sauf qu’à présent, le circuit « montagne » n’est plus abordé à la manière d’autrefois et il ennuie les grimpeurs de jeunes générations à cause de leur manque de technicité. Et pour l’initiation, il ne satisfait pas davantage le débutant à cause de l’usure du rocher, de l’exposition parfois, et du côté « besogneux » de beaucoup de leurs voies. Mon affirmation va paraître un peu curieuse, si ce n’est absurde, cependant je vais la dire : le niveau des débutants est plus élevé qu’il y a cinquante ans, et il faut considérer cette évolution « des possibles » aujourd’hui, lorsque l’on trace ou rénove un circuit « jaune ». Aussi, au Rocher Fin par exemple, j’ai effacé l’ex circuit jaune AD très usé et exposé qui n’était guère plus suivi, par un circuit jaune d’initiation PD inf, alors qu’au rocher de la 95.2 nous avons transformé le début circuit jaune montagne en grande partie abandonné pour permettre de réaliser un circuit orange en rapport avec les ressources du sites, mais en faisant attention que le début du circuit soit plus abordable en début que l’ex circuit jaune. Ça c’est pensé !

     C’est-ce que nous souhaitons faire :  réaménager le site de la Canche aux Merciers afin qu’il y ait un circuit entièrement conçu pour les novices qui désirent se « cultiver physiquement » à l’escalade ; et un autre plus « technique » pour satisfaire les grimpeurs d’expériences mais aussi les débutants qui ont progressé. Chercher à satisfaire les deux types de publics nous semble être une généreuse opportunité, d’autant que ce projet de réaménagement à l’avantage de pouvoir être supporté par le site sans dommage, puisque effectué sur des blocs déjà utilisés par les autres circuits et sur des faces relativement propres. (Même mieux, la zone ouest où évolue le tracé du « jaune » actuelle serait libérée de tout marquage).

Dans L'Emotivation - 3c - Projet piste PD sup

     Cette approche est originale, et si elle semble « raisonnable  et nécessaire » à la majorité des grimpeurs qui ont parcouru fictivement les circuits en étude, cela n’empêche pas que nous ne convainquons pas tous les grimpeurs « influents », dont le principe réflexe est de dire non à tout nouveau circuit : position de refus qui nous semble ne pas devoir venir de l’un d’entre nous, surtout sans prendre connaissance concrètement du projet... En effet, ce projet s’avère être compliqué à faire passer dans les esprits de quelques personnes influentes censées nous représenter, mais d’avantageusement préoccuper à faire valoir leurs propres idées... Car si nombreuses sont les personnes qui saluent notre initiative, il y a aussi ceux qui disent leur inquiétude de voir disparaître les circuits historiques, défendant l’idée qu’il faut respecter les « œuvres » des anciens, autant que l’esprit des pistes qu’ils ont créées... Autrement dit : ne toucher pas, continuons la même politique qui favorisé la décrépitude des circuits « faciles »... 
     Mais en compromis, s’ils ne sont pas d’accord pour que nous changions les pistes, ils veulent bien en revanche que nous repeignions à l’identique les vieux circuits en minimisant les changements au strict minimum nécessaire… C’est gentil de leur part, mais ce qui est un peu gênant dans « ce débat », c’est quand les « porte-paroles » entre la bouche des actifs et les oreilles de l’ONF soient uniquement de ce parti pris, et que ça soit uniquement eux qui influent sur la décision finale de l’ONF. (Oui, les bénévoles ne sont pas représentés par des gens qu'ils ont choisi, mais par des gens qui ont choisi de les représenter sans rien leur demandé... Oui ces gens « parachutés » qui vous écrivent : Nous souhaitions proposer un fonctionnement démocratique et transparent avec comme point pivot, la concertation entre tous ses membres... (Comment ça membres ? - Membres de quoi, ce n'est pas dit dans cette citation franchement humoristique tellement ils se paient nos tronches)... Et après, ils se plaignent que les bénévoles sont « ingérables ». En effet... Ils n'ont pas obtenu notre confiance... 

     Pour cela, ils auraient fallu qu'ils comprennent que ce projet concerne potentiellement des milliers de grimpeurs et grimpeuses, et comme vous en doutez, ceux qui s’opposent aux remplacements des circuits usés contre des neufs, ce ne sont pas les agents de l'ONF, se sont essentiellement des grimpeurs qui ne fréquentent pas les circuits jaunes et oranges. Là plus qu'à aucun autre moment, je vois évidemment d’un mauvais œil que si seules leurs voix compteraient dans les négociations d'aménagements et de partenariat avec l'ONF vu le fort décalage entre ceux qui parleraient pour nous et les actionnaires (D'où les portes claquées). C’est pour cela aussi que nous demandons que les initiateurs des projets aient la possibilité d’expliquer et de les présenter eux-mêmes aux responsables de l'ONF : ce qui va se faire « démocratiquement » sitôt que le la Commission circuits du Cosiroc reprendra du service, après l'abandon de la SNE 77.  

     Pour l’heure, nous pensons que l’ONF devrait accepter notre projet après avoir évalué sa faisabilité… Ce projet devrait être discuté « en interne » avec visite sur le tas courant juin, mais d'or et déjà il est accepté dans le principe. Comme quoi, nous pouvons être entendu dès lors qu'un projet est argumenté et réalisable…


Tracés approximatifs des circuits en projet.

     Cependant, en attendant la décision définitive des responsables de l’ONF, pour permettre de mesurer l’intérêt des circuits, et que nous puissions modifier le projet en fonction des retours de ceux qui le veulent bien, nous avons pris l’initiative de marquer les voies d’un signe discret pour les repérer. Initiative qui a été hélas comprise, par la présidence de la SNE comme un geste « vindicatif » envers l’ONF, et qu’à cause de cela on risquait d’encourager un refus de principe de leur part… Merci de ne pas nous prêter cette intention, car en toute intelligence cela aurait été idiot de notre part de chercher à contrarier ceux qui ont le pouvoir de satisfaire notre demande. Il ne faut pas voir là une sottise congénitale de notre part : nous avons simplement effectué un marquage provisoire comme nous l’avons fait pour les projets précédents : à la Drei Zinnen, au Rocher Saint Germain entre autres, pour lesquels nous n’avons eu aucun reproche des agents responsables de l’ONF. Aussi, pour le circuit PD sup, vous retrouvez sur le terrain, les numéros de base marqués en jaune avec de la peinture délébile et quelques variantes plus techniques avec des triangles oranges soussignés d’un V. Et pour pour le circuit PD inf, les marquages en vert quasiment « introuvables », sans un plan précis d’implantation qui présente le parcours. - Pourquoi cette discrétion ? Justement, pour ne pas mettre l’ONF devant le fait accompli d’un circuit « provisoire » bien tracé, et « suivable » sans difficulté. En effet, l’un des deux pouvait être bien tracé « sans » autorisation préalable puisque se substituant à l’ancien jaune, alors que l’autre, comptant comme un circuit de plus, il est soumis en principe à autorisation de traçage... C’est pour ça que « son existence » n’a pas été jusqu’à présent repérée. Pourquoi n’avons nous pas choisi le contraire ? De marquer mieux le circuit PD inf et moins bien le circuit PD sup ? Sans doute par élitisme de notre part. En réalité, le projet est un tout, si nous n’obtenons pas l’autorisation de tracer, en fin de compte, nous serions fortement embarrassés de devoir choisir l’un des deux. Aussi, nous ne choisirons rien. En somme, il appartiendra à d’autres de donner une suite à cet affaire. Ceux qui ont tenté de découragé ce projet... Quelle constance qu'il faut avoir tout de même... 


     Bonnes découvertes… Les maîtres d'œuvre : Jérémie de Lamagne et Pierre Laroche.

2 commentaires:

  1. Merci pour votre merveilleux travail collaboratif.
    Sportivement

    RépondreSupprimer
  2. Pas moyen d'aller découvrir ce nouveau circuit... La pluie, toujours la pluie. Demain peut-être !

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sur les messages sans être connecté au blog, quand le commentaire est rempli à la rubrique " sélectionner le profil ", choisir "nom/URL" et mettre une identité (pseudo, prénom, etc.) à "Nom" et pour l'URL copiez simplement l'adresse du blog : http://grimpeasl91.blogspot.fr
Ensuite apparait le fameux "captcha", certes pénible mais devenu incontournable sur internet et enfin publier le commentaire.
Si problème envoyer un courriel à : asl91escalade.fr
L'administrateur