vendredi 2 novembre 2018

escalade à Kyparissi



Sur la côte Est du Péloponèse, à 3 heures d'Athènes, le site de Léonidio est rapidement devenu une des destinations à la mode de l'escalade européenne, à tel point que fin octobre 2018 il était parfois difficile de se faire une place pour réaliser son projet du jour... Mais à 50 kilomètres plus au Sud, le village de Kyparissi baignait dans son habituelle torpeur post-estivale. Seuls quelques grimpeurs venaient apporter une touche d'activité en ce lieu calme, trop calme: amateurs de rendez-vous de la communauté et d'ambiance "Kalymnos", passez votre chemin! Ici c'est quiétude et repos, super en début de séjour, presque ennuyeux après quelques jours mais heureusement de belles rencontres locales nous ont agréablement distrait de notre tête à tête...

Résultat de recherche d'images pour "kyfanta"Une fois n'est pas coutume, c'est par les commodités que je commencerai ce descriptif. En effet, nous avons été marqués par la rencontre avec Esther, propriétaire des gîtes Kyfanta, le meilleur hébergement que nous ayons jamais vu en voyage pour un prix très abordable. Il s'agit de quatre maisons entourant une cour ombragée et aménagée pour la convivialité, avec des appartement pour couples ou familles, une salle commune et un bar. Idéal donc pour les groupes et accueillant pour les enfants. Les chambres sont impeccables et spacieuses, avec un coin cuisine et une ou deux grandes terrasses, et ceci pour environ 35E selon la saison. De plus, Esther maîtrise six langues européennes!
Son site: http://www.kyfanta.com/



Pour la restauration, je crois que nous avons testé tous les établissements ouverts à cette époque. "Trocadéro" et "Ploes", face à la plage, sont assez impersonnels, mais le second propose de bons poissons. La meilleure cuisine se trouve à "Cavo Kortia", un peu à l'écart en suivant la côte. C'est un gros gîte qui attire de nombreux grimpeurs grâce à une bonne com' sur le web. Près du port, un restau qui n'ouvre que vendredi et samedi, ambiance sympa. Enfin, si vous voulez dîner seulement en compagnie des habitants du quartier, Kostas et Maria vous recevront amicalement au "Cafenion", dans la rue unique du village du haut dénommé Vrasi. Trois plats seulement, mais très correct et bon marché.



Au niveau ravitaillement, une boulangerie à Mitropoli, le plus récent des trois quartiers qui composent Kyparissi, et un "supermarket" à Paralia, le quartier du port.

L'ambiance à Kyparissi? Je dirais... paumé! Il y avait quelques dizaines de grimpeurs de nationalités diverses, souvent en famille. Ces touristes font chuter la moyenne d'âge du village qui doit tourner autour de 75 ans! Il n'y a que 8 élèves à l'école en 2018, alors qu'elle en a compté 150 il y a 25 ans. Il faut dire qu'on se sent isolé à Kyparissi, même si la nouvelle route côtière va désenclaver un peu la région. Jusqu'au milieu du siècle dernier il n'y avait que des chemins muletiers pour l'atteindre par la montagne, ou bien le bateau mais la liaison depuis Le Pirée a été supprimée depuis un certain temps, comme celle avec Léonidio.
Une fois passé l'été, saison où le village est repeuplé par les émigrés et leurs descendants, Kyparissi retombe dans la torpeur d'un village grec aux ressources économiques limitées: olives, chèvres et brebis, miel... Depuis deux ans les grimpeurs apportent un débouché touristique nouveau, mais qui sera limité par la durée de la saison (toutes les falaises à l'ombre l'après-midi, se complète bien avec Léonidio s'il y fait trop chaud).

On ne cherche pas longtemps où poser sa serviette...


Pour l'accès, c'est 4 ou 5 heures de route depuis l'aéroport d'Athènes selon si c'est la première fois ou non... en effet, même une bonne carte ne suffit pas et le GPS nous a sauvés d'une nuit dans la voiture, l'orientation étant parfois délicate en traversant les agglomérations. Compter le même temps via Léonidio et la côte que via Sparte et la montagne.
Enfin, pour grimper vous avez le choix entre le topo d'Aris Théodoropoulos, "best of Greece" et le tout nouveau topo de Léonidio dont la dernière édition couvre également Kyparissi. Les 9 sites du secteur y sont décrits. Nous en avons visité 7, négligeant Playground qui est un tout petit site pour débutants, ainsi que le fameux Babala, royaume du 8 sans voies d'échauffement ou presque. Toutes celles et ceux qui l'ont visité sont unanimes pour affirmer qu'on trouve là les plus belles colos du monde!

Kastraki

Falaise fréquentée pour deux raisons: nombreuses voies faciles sur un excellent rocher et à 5 minutes de la voiture, en plein village. C'est aussi le bon endroit pour s'échauffer avant d'aller dans ses projets à Watermill ou Psilovrachos. A noter que la falaise est à l'ombre toute la journée contrairement à l'orientation indiquée sur les deux topos. C'est pas beau de copier...


Au secteur du bas, toutes les voies à droite du débouché du chemin, en 6a et 6b, sont à faire (20 à 30 mètres). Seuls les deux 6b+, couenneux, peuvent être évités.








En passant ensuite au secteur haut (2 minutes), les voies sont plus courtes mais aussi plus raides, avec parfois des colos. On y trouve de beaux 6c et un 7a intéressant.

Cath dans Frydias, très beau 6c à la gestuelle variée

Juste à côté, le 7a de Tzambas, raide et pas facile à lire au surplomb.

Watermill

C'est le site phare de Kyparissi, toujours fréquenté, à tel point que certaines voies déjà archi-classiques commencent à se patiner. Deux voies directement au parking, les autres à 5 minutes de marche. Belle vue sur le village surtout depuis la chapelle au-dessus de la falaise.



A faire dans le 6: les deux voies du parking, en 6a. Celle de droite a une belle prolongation en 6c sur une colo, hélas la chaîne a été placée haute et le crux c'est la mousquetonner... idiot! Skourkos (6a+) et Kellis (6b) dans un style classique sont très parcourues, de même que Smoke on the water, un 6b+ de 20m pourtant taillé et sa voisine de droite en 6c. Dans un style dalleux technique, Giozelis en 6c+.

Dans le 7, ça devient nettement plus marquant avec de superbes fontaines de colonettes. Kyparissi (petit 7a), Thanks George (gros 7a) et Myros (7b) sont celles que nous avons parcourues, avec un bémol cependant: à chaque fois le mousquetonnage de la chaîne est une difficulté, imposée par l'équipeur. Plus loin, dans le grand mur de droite, nous avons aussi fait Kyparadiso, un 7a de 36m très varié qui mériterait ses trois étoiles.

Thank's George, 7a/7a+

La même, de profil


Serrage de cuisses pour remonter la colo de "Jerôme le gangster", 7c+.




Psilovrachos

Voici la falaise de fin de journée, d'abord parce-qu'il n'y a pas de voies de chauffe pour nous, ensuite parce-qu'en bord de route elle vient souvent compléter la séance ou sert de délestage s'il y a trop de monde à Watermill.



 Elle est constituée d'un énorme pilier en bord de route avec quatre voies dans du gris raide, entre 6c et 7b, ainsi qu'une deuxième partie plus cachée, au-dessus du talus de la route et pour laquelle l'accès de fait par une corde fixe verticale de 6 ou 7 mètres.
C'est un secteur de dévers avec de belles concrétions, bordé à gauche par une plaque verticale avec un 7a en dalle, superbe, et un 7b.






Dans le dévers, nous n'avons fait que Blue, 6c+ dans un topo et 7a dans l'autre, pour laquelle le 7a+ ne m'aurait pas choqué: hyper raide, magnifique à grimper avec un pas morpho au milieu.



Au bord de la route, toutes les voies sont belles, surtout Cavo Kortia jusqu'à la deuxième chaîne (ne vaut pas son 7a mais ses trois étoiles oui).

Kapsala

 Toujours à l'ombre, dominant la mer et avec son accès par le haut, la falaise de Kapsala n'est pas sans rappeler celle de Secret Garden à Kalymnos. Mais les comparaisons s'arrêtent là car le nombre de voies est pour l'instant assez limité ici. On y trouvera de quoi faire une séance pour les grimpeurs de 5c à 6b et une ou deux pour le septième degré. Et une petite "grande voie" de 120 mètres en 6a/b.

Dans un joli 6a de 30 mètres




Dans le facile, on trouvera deux ou trois longues voies dans du rocher rouge sous le grand toit. Il doit d'ailleurs être possible de grimper à Kapsala par temps pluvieux. Les voies de sept sont groupées dans un petit secteur au départ d'une vire avec corde fixe. Les cotations sont généreuses et on se sentira fort... Dans le genre raide sur gros trous, il faut faire Born to loose (7a), ou Batwoman (7b). En tufas, c'est Wiplash(6c+) et Nobel bolt (7a+). Et en mélange des deux, Live to win (7a+) ou Sunburst (7b+).

Dans le premier secteur en descendant, les voies sont courtes, mais le 6a vaut le coup ainsi que le 7a de Red wine. Le 7a+ de Pearl jump propose un beau passage de bloc athlétique au départ mais ensuite c'est facile.

Un grimpeur polonais dans Born to loose












Sur le chemin de Kapsala, crocus et cyclamens









Le site tient son nom du village voisin de Kapsala, dont je recommande la visite (5minutes de voiture et petite balade à pied). Il s'agit d'un village abandonné où il reste un unique habitant que vous rencontrerez peut-être et qui vous expliquera que vivaient ici 82 personnes dans quinze maisons il y a un peu plus d'un siècle (si vous n'avez pas les bases en grec, au moins maintenant vous saurez ce qu'il vous a raconté). Le site est superbe, oliviers centenaires, habitations plantées au milieu du karst, aires de battage avec vue panoramique sur la côte. Sur la route côtière en direction de Kyparissi, un petit panneau l'indique, la piste fait moins d'un kilomètre.

Jerôme's house

La fameuse maison du non moins fameux Jérôme...





Quelques centaines de mètres au-delà de Psilovrachos, mais cette fois en-dessous de la route, le mur de Jerôme's house attire le regard du grimpeur comme la maison de Jerôme attire celui du randonneur quelques 600m en-dessous. Bien que la qualité du rocher soit en-deça des autres sites visités, une séance ici s'impose soit pour la situation, soit pour être tranquille si trop de grimpeurs près du village (rassurez-vous, pour l'instant ça n'arrive qu'en octobre...).






















Nous n'avons pas fait beaucoup de voies donc peu de conseils à donner... Low cost, supposée 6a+, bien dure à l'échauffement, sa voisine de droite Strikebreaker est mieux malgré son nom. Ensuite "Of Arthur Brown" est pas mal, mais raide, 6b+ jusqu'à la chaîne à 15m, gros 6c pour l'extension. Enfin on a fait Epitirisi, les trois parties, 6b+, 7a pour la première extension et 7b pour les 35 mètres de la troisième chaîne. Il y a de nombreuses prises taillées dans cette falaise, comme dans toutes les voies des frères Rémy, les allergiques auront été prévenus!

La fissure diagonale au-dessus de la grotte est un 7a+ de 35m. Pas eu le temps, faudra y retourner au moins pour cette ligne!

Raide le 6b+ de Of Arthur Brown!



Stavros

Sur le papier, ça se complète bien avec la précédente, c'est juste en face. Hélas, nous avons été trompés par les étoiles du guide d'Aris, une seule voie dans ce rocher qui découpe la peau nous a suffi et faire fuir vers d'autres cieux. Comme elles sont toutes voisines dans le même type de rocher, pas la peine de les tester toutes... De plus, c'est un endroit venté et à l'ombre où il caille vraiment! Bon, si on ne vous a pas dégoûtés, sachez qu'on a fait Alonaki, 6c+, et que dans ce niveau nous tirons sur les prises, peut-être qu'on peut grimper les 6a/b avec moins de douleur, mais ils sont raides quand même.

Vlychada

La top-colo de Tufatango





On termine par le plus beau site, en tout cas au niveau paysage parce-qu'en escalade c'est assez moyen. Dans chaque niveau on épuise la falaise en une séance car il y a assez peu de voies et elles dépassent rarement 20 mètres. Par contre, quelle plage! Et quelle route pour y descendre! Il faut compter 45 minutes de voiture depuis Kyparissi mais vous en serez récompensé. Dans la même direction, pour un jour de repos, vous pouvez pousser jusqu'au site historique de Movenmassia, dont la visite ne décevra pas les plus blasés.
A noter que le camping est autorisé sur la plage équipée de toilettes.








Beaucoup de voies occupées ce jour!



Une voie immanquable dans le 6a: Le Sabre, avec ses 40m d'escalade variée. C'est la plus à gauche et pour continuer dans ce niveau, il y a trois ou quatre voies de 15m à l'autre extrémité du mur. Ensuite ça passe tout de suite à 6c, avec C'à l'envers, une des plus jolies. Le 7a à sa gauche est très parcouru (on n'a pas pu se tailler notre place), de même que le 6c+ de Myrtoan. Comme toutes les voies ici, Malvasia est très bloc (7b, morpho), de même que la photogénique Tufatango, 7b également: belle colonette bien plus facile qu'elle n'en a l'air, le dur c'est le toit en haut, impossible pour les petites. La seule voie qui soit soutenue en résistance est le magnifique 8a+ Silberblick, sur trous, où plus tu montes plus ils sont petits...

Ce jeune kiné de l'Ariège plie le 8a+ à son premier essai, bravo!


A gauche, Malvasia, au pied du pas, à droite C'à l'envers: le dur est en haut dans des tufas.








KALO TAXIDI!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser un commentaire sur les messages sans être connecté au blog, quand le commentaire est rempli à la rubrique " sélectionner le profil ", choisir "nom/URL" et mettre une identité (pseudo, prénom, etc.) à "Nom" et pour l'URL copiez simplement l'adresse du blog : http://grimpeasl91.blogspot.fr
Ensuite apparait le fameux "captcha", certes pénible mais devenu incontournable sur internet et enfin publier le commentaire.
Si problème envoyer un courriel à : asl91escalade.fr
L'administrateur