mercredi 4 mars 2020


A pépito

« Oui j’ai quelques amertumes accrochées à ma plume.» Dans le débat suscité par ton livre  cette phrase ne manquera pas de faire consensus, Amertume ( à défaut d’être une attaque ) envers la FSGT dont « les apôtres de l’escalade populaire » utilisent « des expressions savamment austères » et qui « ont excellé du côté des bonnes idées . . . A perdre pied paradoxalement avec le terrain ! » Amertume envers les universitaires en général ( et Gilles en particulier )  envers le Cosiroc, envers ceux qui ont créé des circuits mais ne les entretiennent pas, envers ceux qui les entretiennent mais pas comme tu l’aurais fait . . .


A l’occasion du 50ème anniversaire de la section ( autre période troublée ), j’avais mis à jour son histoire commencée 20 ans plus tôt, j’avais sous-titré ce texte « Mon histoire de la section » car comme tu le dis toi même « Nous avons tous une vision de l’histoire contemporaine de Bleau du fait de notre propre souvenance du passé, et peut-être avez-vous trouvé que cette transcription avait quelques dissonances avec ce que vous auriez écrit si c’était vous qui l’aviez rapportée… C’est pourquoi j’ai fait ce livre, j’ai entendu et lu des récits qui me semblaient en discordance avec ce que j’avais vu et vécu à Bleau et j’ai cherché à savoir ce qu’il en était au juste… Aussi ai-je dû inévitablement contrarier quelques légendes ». Mais je me suis bien gardé de dire « ce qu’il en était au juste ». En écrivant cela tu te places délibérément en position de juge, arbitre, critique et non d’historien. Quant aux « quelques légendes » si elles ne sont pas clairement explicites j’ai cru comprendre qu’il s’agissait du rôle moteur et novateur de la FSGT et des motivations réelles des ouvreurs de pistes faciles. Je ne m’étendrai pas sur ce sujet qui a fait l’objet de pas mal d’échanges car sinon on va sombrer dans le concours de celui qui a la plus grosse bite, CAF, GUMS, FSGT  même si dans mon histoire à moi y’a pas photo. Par contre j’ai envie de revenir sur ces légendes que tu contraries . . . en les remplaçant par d’autres. Je prendrai pour seul exemple « On devait ce programme au modèle soviétique. Qui s’en souvient ? » Tu évoquait en écrivant cette phrase la progression « type » pour devenir un alpiniste responsable. « Qui s’en souvient ? » Pas moi ! Je me souviens très bien de cette progression qui n’a jamais représenté une directive car comme à l’école on pouvait sauter des classes. Tu le sais, Gilles l’a rappelé et je le redis : tu n’as pas eu besoin de « désobéir » lors du stage d’initiateur que je dirigeai pour être reçu initiateur alors que tu t’étais présenté en débutant ( tiens ! Encore une innovation de la FSGT,imposer des candidats débutants dans les stages d’initiateurs FFM, une bataille à l’issue incertaine au départ ). Ceci dit si certains copains avaient fait quelques courses AD avant de se lancer dans Coste rouge . . . Mais la légende que tu véhicules concerne ce fameux «  modèle soviétique », qui a employé ce terme ? Jamais cette référence au « Grand Frère » n’a été mentionnée, revendiquée. J’ai passé plus de 20 ans à la commission fédérale, j’y ai côtoyé des « camarades » ( dont des ouvriers ), jamais une quelconque référence au « Parti » n’a été utilisée sauf pour remettre en cause certaines orientations du dit Parti en matière de sport. Qui donc a bien pu utiliser cette sulfureuse formule ? Ce sont ceux qui ont toujours critiqué l’action de la FSGT en préférant la caricaturer sans jamais s’engager dans un réel débat . ( tiens ça me fait penser à certains Unknown qui se répandent sur le Blog, pas très honNet ! ) C’est sûr que la pratique était organisée, stucturée mais elle a permis à des centaines de pratiquants du club de réaliser des milliers de courses en montagne en cordées autonomes sans accident ( Luc et Eric ont fait la voie de dalles au Pouce à 17 ans en cordée autonome ) Heureusement aujourd’hui on a abandonné le modèle soviétique, pour grimper au camp d’été il suffit d’être en couple ( de grimpeurs ) ou à la rigueur dans la bonne bouffe co. Tant pis pour les sans amis ! Finalement j’aimais bien le modèle soviétique . . .
Je ne reviendrai pas non plus sur intellectuels VS travailleurs car il me semble possible qu’il puisse exister des intellectuels travailleurs et des travailleurs intellectuels ( tu es bien placé pour le savoir et ton travail,intellectuel, le prouve ) mais si on se lance là dedans , moi j’ai fait ça, oui mais moi . . . encore la plus grosse bite !
J’espère que tu ne m’en voudras pas d’avoir exprimé mon ressenti et que tu me pardonneras de ne pas entretenir les circuits que j’ai CO-ouverts ( tiens d’ailleurs tu nous a oubliés dans tes remerciements pour travail accompli , j’avais pourtant l’impression que nous avions plus œuvré que certains nominés. Ah ! La mémoire à nos âges ) que tu me pardonneras d’avoir quitté l’Éducation Nationale dans la fleur de l’âge laissant des milliers d’enfants dans le désarroi ( et dans les pattes de Jean-Yves ), que tu me pardonneras de ne plus dessiner ( ce qui t’a obligé à mettre une vieillerie en couverture ) que tu me pardonneras de faire du golf ( on joue lundi si ça t’intéresse ) que tu me pardonneras enfin d’être le frère de Gilles.
N’oublie pas qu’il faut « aimer les gens qui vous aiment » « c’est possible avec beaucoup d’humour et de volonté » La « guérison suivra » !

A bientôt à Bleau si la météo . . .

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Tu joues avec les mots mais les mots ont un sens et tu es bien placé pour le savoir car malgré ton "manque" de bagage scolaire tu les manies fort bien ( je suis bien placé pour savoir que notre triste Education Nationale ne produit pas forcément des intellectuels même avec un Bac + 5 ) Tu as quitté ta condition ouvrière depuis à peu près aussi longtemps que j'ai arrêté de militer et si tu ne revendiquais pas tes "origines" personne ne s'en douterait, comme quoi tout n'est pas toujours écrit, la vie est une succession d'étapes et l'on peut passer de l'une à l'autre sans se trahir ( d'où ma "litanie" ). Et si ça peut te rassurer, et toujours parce que les mots ont un sens, je ne suis jamais entré en religion en militant à la FSGT je n'ai donc jamais perdu la foi. Comme tu l'as certainement remarqué je ne grimpe plus beaucoup mais je continue à prendre l'air à Bleau parce que moi aussi j'aime cette forêt, les copains. Mes filles me disaient toujours quand je rentrais le dimanche "tu pues Fontainebleau" et je leur répondais invariablement "non, je sens bon Fontainebleau". Tu joues avec les mots quand tu dis que je veux t'accabler,te ridiculiser, tu te victimises sans raison, tu te "calimérises". Je n'ai JAMAIS dit que les mots "modèle soviétique" avaient une connotation péjorative j'ai juste dit qu'ils n'avaient JAMAIS constitué une référence et qu'ils n'avaient JAMAIS été utilisés par la FSGT. Ton ouvrage est polémique il enclenche donc forcément des réactions et quand tu me dis que ceux que tu remercies sont ceux qui perpétuent ce qu'ils n'ont pas forcément créé, d'où notre absence dans le palmarès, je me demande ce que viennent y faire Michel Dupuis ou Michel Nicolaus . . .

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sur les messages sans être connecté au blog, quand le commentaire est rempli à la rubrique " sélectionner le profil ", choisir "nom/URL" et mettre une identité (pseudo, prénom, etc.) à "Nom" et pour l'URL copiez simplement l'adresse du blog : http://grimpeasl91.blogspot.fr
Ensuite apparait le fameux "captcha", certes pénible mais devenu incontournable sur internet et enfin publier le commentaire.
Si problème envoyer un courriel à : asl91escalade.fr
L'administrateur